Une journée patrimoine dans le quartier de la Base à Lorient

Le plaisir des vacances, c’est de varier les activités et de faire des découvertes. Si l’Escale du Blavet est ancrée dans un havre de verdure et de tranquillité propice aux activités de plein air, la ville de Lorient, à une demi-heure de voiture, vous réserve quelques lieux qui ne manqueront pas de vous étonner et de faire marcher votre imaginaire. Pour cette échappée, nous vous emmenons dans le quartier de la Base où le passé et le présent se conjuguent autour du maritime.

Lorient, port de commerce à l’embouchure du Blavet

Lorient a fêté ses 350 ans en 2016, jeune ville au regard de l’Histoire française. Son identité s’est toute entière construite autour de son caractère maritime. Elle n’est à l’origine qu’une lande à l’embouchure du Blavet et du Scorff. La création de la Compagnie des Indes orientales à Port-Louis en 1664 donne naissance sur la lande du Faouëdic aux chantiers navals autour desquels s’agglomère rapidement toute une population active. Épices, soie, porcelaines transitent à Lorient. Mais les guerres autrichiennes et espagnoles de la fin du XVIIe siècle vont troubler le commerce et la Compagnie fait faillite.

Lorient, siège d’un arsenal militaire

Lorient est rachetée par le roi et devient arsenal militaire. Si au XXe siècle, la pêche se développe et prospère, la seconde guerre mondiale atteint de plein fouet la ville, base militaire d’importance rapidement investie par les Allemands. Lorient est la cible des alliés qui veulent atteindre les forces ennemies. À l’issue de la guerre, elle est détruite à 95%.

Une ville reconstruite aux atouts maritimes

Son architecture actuelle est donc marquée par la reconstruction. Les chantiers navals, militaires ou civils, y tiennent toujours une place importante. Depuis quelques années, s’est aussi développé un pôle naval autour de la plaisance et de la course au large. Si le renouveau est en marche, on y lit toujours une forte empreinte de l’Histoire dans le quartier de la Base.

La Base, un quartier fréquenté et animé

Aux portes du quartier ont été installés des containers maritimes où le nom de la Base s’affiche en grandes lettres au pochoir. La silhouette de la Cité de la Voile Eric Tabarly, résolument moderne, les bâtiments abritant les équipes de course au large, les espaces verts et les cafés, la base des sous-marins allemands, la mer entrant dans les terres contribuent à l’identité singulière du quartier.

La Cité de la Voile Éric Tabarly

La Cité de la Voile Éric Tabarly fête ses dix ans cette année et s’est offert pour l’occasion une nouvelle mise en scène. Unique musée en Europe dédié à la course au large, il présente la fabuleuse histoire d’Eric Tabarly à l’origine de nombreuses innovations techniques dans l’univers de la course. Il permet de découvrir en mode interactif et ludique la vie de ces aventuriers modernes. Une visite pour toute la famille avec des ateliers et des expériences en immersion. Seriez-vous apte ? La Cité vous propose à la belle saison d’embarquer à bord d’un voilier pour une démonstration ; les plus hardis pourront même participer aux manœuvres… Prévoir 2 à 3h.

La Base de sous-marin, visite du K3

C’est la plus grande base de sous-marin de la côte Atlantique construite par les Allemands. La visite, exclusivement guidée, vous fait découvrir la plus grande alvéole, le K3, et l’histoire de la Base ainsi que la vue panoramique du toit. Fraîcheur garantie l’été. Durée 1h30.

Le sous-marin Flore

Si vous êtes en vacances avec vos enfants, il y a de fortes chances qu’ils adorent la Flore. Un musée interactif installé dans l’une des alvéoles de la base présente l’histoire de Lorient, le fonctionnement des sous-marins et des reconstitutions des espaces de vie des sous-mariniers. La visite se complète par celle du sous-marin Flore muni d’un audioguide. Durée 1h à 1h30.

Le musée sous-marin

Ce musée unique en son genre créé en 1999 dans la Tour Davis de la base vous fait découvrir le lieu d’entraînement des sous-mariniers allemands au sauvetage. Il présente aussi les nombreuses épaves du secteur lorientais, témoins des périodes de conflits et tempêtes. Une visite à faire en familleAttention : non accessible aux personnes à mobilité réduite (escaliers). Prévoir au moins 1h.

Un départ de balades

Si vous choisissez de ne prendre qu’une demi-journée pour les visites, vous pouvez déjeuner dans ce quartier animé ou prévoir un pique-nique et partir randonner de là. En longeant le bras de mer, vous arriverez à un pont routier où vous avez le choix d’emprunter le tunnel pour passer sous celui-ci et vous retrouvez au bord des étangs du Ter dont vous pouvez faire le tour (premier étang 4,8km ; les deux étangs 7,2 km). Vous pouvez aussi monter sur le pont et le longer sans changer de côté puis prendre un chemin sur votre gauche qui vous fait longer le bras de mer jusqu’au port de plaisance de Kernevel à 3,5km (cafés restaurants) et au-delà jusqu’à Larmor-Plage (5,5km) et ses belles villas. Vous pouvez aussi opter pour une croisière maritime commentée sur la rade avec la compagnie Escal’Ouest. Aux abords de la Base, une aire de jeux écolo à thème maritime créée en 2016 fait le bonheur des enfants

Informations pratiques

  • Le service du Patrimoine de Lorient (02 97 02 23 29) propose des visites guidées de la ville et de la base de sous-marins de juin à septembre et pendant les périodes de vacances scolaires et journées du patrimoine.
  • La Cité de la Voile propose des pass permettant de coupler les visites à tarif avantageux (tarif famille, tarif dégressif pour 2 ou 3 sites de patrimoine). Information + : vous pouvez utiliser votre pass sur deux journées. Renseignements au 02 97 65 56 56. Fermeture en janvier. citevoile-tabarly.com
  • Le sous-marin Flore-S645 propose également le même service de billetterie. Renseignements au 02 97 65 52 87. Fermeture en janvier. la-flore.fr
  • Escal’Ouest: 02 97 65 52 52. escal-ouest.com
  • Restaurants et bars, tables de pique-nique

Le port de Brigneau (Moëlan sur mer) : coup de cœur en Finistère (29)

C’est la tradition à l’Escale du Blavet : quand on aime on partage ! Coup de cœur, bonnes adresses, bons plans… Aujourd’hui, nous vous proposons une escale dans un petit port en Finistère qui vaut, selon nous, le détour. Comptez 45 minutes depuis l’Escale du Blavet. Avec mille autres choses à voir dans le secteur !

Pour les amateurs de randonnée

Au sud de Quimperlé, ville étape au patrimoine riche et varié, à l’orée de l’océan, à Moëlan sur mer, arrêtez-vous à Brigneau. En retrait des assauts des tempêtes, le port de Brigneau protège les bateaux de pêche et de plaisance qui s’y abritent et propose aux amateurs de randonnée une plongée dans l’histoire du patrimoine local.

À l’époque de la pêche à la sardine

« Port d’intérêt patrimonial ». Voici ce que l’on peut lire sur le grand panneau à l’entrée. A peine garé, vous ressentez une sensation de bien être. Ici, la nature est belle et vous laisse un gout de quiétude emprunt de nostalgie. De nombreux témoignages du passé y sont encore visibles : les cales de débarquement du poisson, la « vache de Brigneau » ou bouée d’eau saine qui sonnait l’arrivée de la flottille, les anciens bistrots de pêcheurs…Quand on part vers le fond de la ria, quelques épaves terminent leur vie sur la vase. Le long des quais en remontant jusqu’à la jetée, un parcours iconographique retrace l’histoire des lieux. Si vous êtes  randonneur, alors rejoignez le « sentier des petits sabots » – les souliers des sardinières battant le pavé pour venir travailler – et accédez aux ruines de la conserverie Larzul à Malachappe. avec vue panoramique sur la mer.  Car, ici, au début du XXême siècle,  à la « ruche Brigneau » était très active. On construisait des bateaux de pêche, chaloupes, cotres, misainiers. Depuis l’origine, Brigneau est associé à la pêche à la sardine ; maquereaux et thons y étaient mis en boite puis dans les années 70, ce fut une salaison de morues.

Le port de Brigneau a séduit quelques artistes

Brigneau a gagné aussi quelques galons de notoriété grâce aux artistes séduits par sa beauté discrète. Les peintres Henri Moret et Emile Jourdan (1860-1931), amis de Paul Gauguin, sont les premiers à le mettre en scène. Maurice Asselin (1982-1947) en fait également son port d’attache en immortalisant la célèbre auberge Bacon dont on peut voir une reproduction sur un panneau. L’écrivain Pierre Mac Orlan y viendra puiser son inspiration pour son roman « Le chant de l’équipage ».Tout cela est décrit lors du parcours qui rejoint la mer. À lire en famille.

Brigneau, une annexe du paradis ?

On peut poursuivre jusqu’aux plages de Trénez et de Kerfany les Pins sur le sentier des douaniers GR34. On est souvent seul. Pas de tourisme de masse par ici. Quelque soit le temps, à Brigneau on vient se ressourcer. Pas de doute, « ici, c’est le paradis » me dit en souriant une riveraine en train de jardiner. Comme si le vert et le bleu s’accordaient à merveille…

À faire à Brigneau :

Sentiers pédestres :

  • Rive droite, le sentier des petits sabots (3km/1h) et le GR34
  • Rive gauche, la balade de la maison des douaniers de Merrien à Brigneau (PR1 – 8.5km/2h30).
  • Autres sentiers à proximité : Balade de Kerfany Les Pins (PR3 – 6km/2h) et du Bélon (PR4 – 4.7km/1h30) – VTT 5 et 6

En Juillet et août, un jeudi sur deux : une promenade commentée. Gratuit. Sur réservation.

À 10 mn de l’Escale du Blavet : canoë-kayak, vélo et stand up paddle !

Canoë-kayak, vélos, stand up paddle, voilà une manière originale, sportive, relaxe et sympa de découvrir autrement la vallée du Blavet. Direction Pont-Augan, à la base nautique de Baud, à 10 minutes à peine de l’Escale du Blavet… en route !

Esprit bon enfant et prise en charge professionnelle

On reproche parfois à la Bretagne d’être sous l’eau… ici, on vous suggère d’être « sur » l’eau ! À deux pas du grand gîte l’Escale du Blavet, le club nautique de Baud propose tout l’été de découvrir la vallée du Blavet autrement : en canoë-kayak, en vélo ou stand up paddle (nouveauté 2018). Le petit « plus » du club ? L’esprit. Le club est une association qui rassemble toute l’année des jeunes compétiteurs de kayak. L’été, avec quelques saisonniers et une poignée de bénévoles en renfort, le club s’ouvre au grand public. L’esprit est bon enfant, la prise en charge professionnelle et, cerise sur le gâteau, le site est magnifique.

Sur l’eau, des formules sur-mesure

Vous êtes hyper en forme, pas du tout sportif, accompagné d’adolescents pleins d’énergie ou de petits sachant à peine marcher : le club propose des formules qui vous permettent de rester sur l’eau entre 1h30 et 6h. Le mieux, c’est de réserver à l’avance, surtout si vous êtes un groupe. À la base nautique, on vous équipe d’un gilet de sauvetage (obligatoire), d’un bidon hermétique pour glisser vos affaires et peut-être votre pique-nique, d’une pagaie et on vous donne les premières consignes. Ensuite tout le monde monte dans le minibus qui tracte aussi vos embarcations et cap vers l’écluse que vous aurez choisi dans votre formule : Boterneau pour la plus éloignée (10 km), l’écluse du Tahouët (7 km), de Saint-Adrien (4,5 km)… et quand vous passez celle de Saint Barbe, c’est que vous êtes arrivés ! La formule « canoë-vélo » permet de faire mixe intéressant, surtout pour les groupes qui peuvent changer de monture à mi-parcours.
Il reste possible de dériver librement sur la rivière du Blavet : les kayaks (1place) et les canoës-kayaks (2 places) se louent aussi à l’heure, à la demi-journée, à la journée entière et même à la semaine !
Même chose pour les vélos.

Une offre adaptée pour les groupes

Le club nautique de Baud peut accueillir des groupes à partir de 10 personnes et jusqu’à… tout dépend de votre formule, si une partie du groupe est à vélo ou pas. Disons, au moins 30 personnes. La base nautique est située sur les bords de l’Evel qui vient se jeter un peu plus loin dans le Blavet. L’endroit est charmant et paisible. Et vous pourrez profiter des tables de pique-nique, d’un espace d’équilibre (aire de jeux axée sur l’équilibre), et un poste de pêche mis à la disposition du grand public. Le club nautique de Baud, habitué à gérer des groupes, s’adaptera à vos besoins et à vos attentes. Il faudra bien penser à les appeler avant.

Le stand up paddle, nouveauté 2018

Pour l’instant, il n’y a que deux planches mais la rivière du Blavet se prête particulièrement bien à cette discipline très en vogue. Il n’y a pas de vagues !

Un club ouvert toute l’année

Pour celles et ceux qui habitent la région, sachez que le club propose toute l’année son école de pagaie à partir de 6 ans. Sachez quand même que le club a chaque année un joli palmarès, y compris aux championnats de France !

Contact et réservation
02 97 51 10 83
clubnautiquebaud@yahoo.fr
www.baudcanoe.com

Le Festival Interceltique de Lorient : LA vitrine très animée du monde celte !

Le teaser du Festival Interceltique 2018

Si vous venez passer quelques jours de vacances dans la région de Lorient, vous entendrez évidemment parler du Festival Interceltique qui se déroule depuis 1971 les dix premiers jours d’août. Impossible d’y échapper : c’est aujourd’hui un des plus grands festivals d’Europe qui accueille environ 700 000 festivaliers. L’esprit, la qualité de sa programmation et l’ambiance si particulière font le succès de ce rendez-vous. Pour celles et ceux qui débarquent, ou qui voudraient en savoir un peu plus : explications…

Vous avez dit celtique ?

Mais qu’est-ce que c’est que ce « celtisme » qui donne le « la » de ce Festival international ? Les Celtes seraient un peuple dont on retrouve des traces dès l’âge de fer et à l’époque médiévale. Nous ne sommes pas historiens donc, nous en resterons là. Ce que nous retenons, c’est que le mot « celtique » fait référence à la langue et à la culture qui font de certaines régions du monde, des Nations Celtes : l’Irlande, l’Écosse, le Pays de Galles, la Cornouaille, l’île de Man, et de la Bretagne bien entendu. Des pays où la langue celtique est encore parlée (dans une certaine mesure) : le gaélique irlandais, le gaélique écossais, le gallois et le breton. D’autres régions du monde revendiquent un héritage celte sans avoir conservé la langue, comme le Portugal et l’Espagne dont la Galice, les Asturies et la Cantabrie.

Comment se traduit aujourd’hui cette celtitude ?

D’abord par une forte solidarité entre nations celtes, en témoignent le nombre important de jumelages entre les communes bretonnes et irlandaises, galloises… Et puis, il y toutes ces histoires qu’on raconte et qu’on chante, pleines de poésie, de magie et de légendes. La nature y a toujours bonne place et les druides ne sont jamais loin. Aujourd’hui, le Festival Interceltique de Lorient offre une belle vitrine de cet esprit celte, dans la musique, comme dans les arts. Il faut y aller pour comprendre.

La culture celte cultivée bien avant 1971

À Lorient, tout commence en 1971. Mais il faut savoir que le rassemblement des Nations Celtes a commencé bien avant. En 1927 à Riec-sur-Belon (Finistère), puis à Brest à partir des années 60 avec l’organisation du championnat de Bretagne des Bagadoù. Un différend avec la ville incite le Festival à déménager. C’est Jean-Pierre Pichard, à l’époque, penn soner de la Kevrenn Rohazhon (Bagad de Rennes), qui propose la ville de Lorient. Il sera à la direction du Festival jusque dans les années 2000.

Le Festival profite dans les années 70 d’un certain retour aux sources et de l’émergence de stars de la musique celtique comme Alan Stivel (Olympia 1972).

Le FIL, un des plus grands festivals d’Europe

Depuis plus de quarante ans, le Festival prend chaque année un peu plus d’ampleur pour devenir aujourd’hui la vitrine de la culture bretonne et des musiques celtiques rassemblant plus de 700 000 festivaliers à chaque édition. Simplement incroyable. L’organisation de la nuit de la Saint Patrick à Paris et des nuits celtiques  dans des grandes villes de France comme Rennes, Nantes, Lyon et Paris ont contribué à promouvoir le Festival.

La musique celtique, « tirée vers le haut »

Le Festival Interceltique de Lorient participe à l’émergence de nouveaux artistes comme Carlos Nunez et permet également aux musiciens du monde entier de se frotter aux autres talents en participant à des concours : harpe, gaïta (cornemuse asturienne et galicienne), fiddle (violon traditionnel irlandais)… Une manière détournée d’exiger pour chaque discipline le meilleur.

Traditionnellement, les concours commencent le 1er samedi du festival : concours de bagadoù et de gaïta… ça souffle !

Les temps forts du Festival 2018 et nos recommandations

  • Pour lancer le Festival : la Cotriade le 1er vendredi
  • 1er samedi : championnat de bagadoù
  • Les [Nuits Interceltiques] : soirées incontournables pour celles et ceux qui découvrent le festival. Elles sont un concentré, une vitrine de la culture celte avec cinq dates au choix : les 4, 5, 7, 8 et 9 août à 22h. Réservation obligatoire.
  • 1er dimanche [la Grande Parade des Nations Celtes]. Un des temps forts du Festival : défilé dans les rues de Lorient des 4 000 artistes dans leur costume traditionnel, musiciens, danseurs, chanteurs qui participent à ces dix jours. Conseil : repérez bien le trajet, arrivez très en avance pour être aux premières loges. L’accès au défilé est gratuit, sauf l’arrivée au stade (pas indispensable à notre avis). Et si vous n’avez pas le courage de braver la foule, sachez que le défilé est filmé et retransmis en direct par France3…
  • Le [Festival off] : comme son nom l’indique, il n’est pas noté dans le programme officiel mais il est aussi d’une exceptionnelle qualité et participe en grande partie à la notoriété du Festival. Il a lieu dans les bars et dans la rue. Incontournable aussi. Si vous voulez découvrir les Vrillés, un groupe de rock celtique dont certains membres sont des pépites de Languidic : rendez-vous le 1er vendredi au Shamrock, pub irlandais 29 place Jules Verne.
  • Le [badge] de soutien : il coûte 5€ et participe à soutenir le festival qui est autofinancé à plus de 70%. Ce badge est à la fois un joli souvenir et donne accès à quelques lieux-clés comme la salle Carnot ou le Quai de la Bretagne.

Des stages et des expos… à faire en journée

Voir, écouter, découvrir, c’est bien. Mais faire, ce n’est pas mal non plus. Le Festival propose des stages et des ateliers. Regardez bien le programme. Nous, on a retenu les cours de danse qui permettent de participer le soir venu au fest-noz de la Salle Carnot

  • Les ateliers ont lieu salle Carnot du 6 au 10 août de 15h à 17h salle Carnot. Accès libre
  • Les festou-noz, tous les soirs salle Carnot à partir de 21h30 fest-noz (fêtes de nuit en breton) ; entrée avec badge.
  • Jardin des luthiers : cours de danses irlandaises (5€) et de danses bretonnes (gratuits),

Quelques infos pratiques

  • Tout le programme à télécharger ou à consulter en ligne
  • Le Festival sur le petit écran
  • Se déplacer pendant le Festival : des navettes sont proposées qui permettent d’éviter les bouchons sans fin. Un conseil en la matière : n’hésitez pas à avancer votre voiture au plus près de Lorient pour y attraper une navette. Si vous ratez le dernier bus (ou s’il est plein) et que vous deviez rentrer à pied, ça fera moins long à marcher…
  • La billetterie

L’hymne breton

Il sera chanté lors des nuits interceltique… on vous glisse les paroles !

Ni, Breizhiz a galon, karomp hon gwir Vro !
Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-dro.
Dispont kreiz ar brezel, hon tadoù ken mat,
A skuilhas eviti o gwad.

Refrain

O Breizh, ma Bro, me ‘gar ma Bro.
Tra ma vo mor ‘vel mur ‘n he zro.
Ra vezo digabestr ma Bro !

Breizh, douar ar Sent kozh, douar ar Varzhed,
N’eus bro all a garan kement ‘barzh ar bed,
Pep menez, pep traonienn, d’am c’halon zo kaer,
Enne kousk meur a Vreizhad taer !

Refrain

Ar Vretoned ‘zo tud kalet ha kreñv ;
N’eus pobl ken kalonek a zindan an neñv,
Gwerz trist, son dudius a ziwan eno,
O ! pegen kaer ec’h out, ma Bro !

Refrain

Mar d’eo bet trec’het Breizh er brezelioù bras,
He yezh a zo bepred ken beo ha bizkoazh,
He c’halon birvidik a lamm c’hoazh ‘n he c’hreiz,
Dihunet out bremañ, ma Breizh

Entrez dans les coulisses de Languidic avec les « Mercredis du Patrimoine »

Chaque été depuis 2011, l’association OLA* organise les «Mercredis du Patrimoine ». Patrimoine… on pense spontanément au patrimoine bâti, aux vieilles pierres et à la visite de monuments. Mais l’association OLA a une vision plus large de la chose : le patrimoine, c’est ce qui fait l’ADN d’un territoire, son identité, c’est ce qui circule dans ses veines… Suivez le guide !
*OLA : Office Local d’Animation

Les acteurs de Languidic en « vedette »

Ils sont commerçants, artisans, artistes, éleveurs, agriculteurs, défenseurs du patrimoine, responsables associatifs, passionnés et engagés en tous genres et rencontrent le public le temps d’un après-midi pour échanger et partager. L’organisation est rodée et chaque édition est un succès. Le secret de cette réussite ? Chaque rencontre raconte une histoire.

Les « mercredis du patrimoine » : comment ça marche…

L’association OLA organise environ cinq mercredis répartis sur les mois de juillet et août. Et la formule se veut simple :

  • Un rendez-vous à 14h place Guillerme (rue de la mairie), au centre de Languidic
  • Les voitures suivent celle du « meneur », jusqu’au point de rendez-vous
  • La visite peut commencer : luthier, bijoutier, lunetier, métallier, menuisier, mais aussi pompier et jardinier ou encore centre équestre, éleveur de chèvres et fabricant de fromages… ce sont eux qui animent leur visite. Le public lui, regarde, découvre et peut poser toutes ses questions.
  • À 17h, les bénévoles proposent de partager un goûter et les échanges se poursuivent.
  • La formule est gratuite, mais une boîte discrètement posée au goûter permet à celles et ceux qui le souhaitent de participer librement aux frais d’organisation.

Les « mercredis du patrimoine » : une formule un peu magique…

Chaque mercredi est un peu magique : à chaque rencontre son alchimie et ses surprises. Quoi de plus « banal » à priori que de rentrer chez un opticien pour découvrir finalement dans son atelier qu’il dessine et fabrique une partie de ses modèles grâce à une imprimante 3D… Comment ne pas être impressionné par le travail du métallier, fasciné par le camion des pompiers, passionné par les secrets de fabrication des fromages, la vie des abeilles, l’histoire d’une chapelle, etc. Tous n’ont pas pignon sur rue, certains ont leur atelier quelque part dans la campagne et ces Mercredis sont l’occasion d’entrer dans les coulisses et de découvrir autrement ces talents et ces savoir-faire qui font Languidic. Chaque année le programme change et la magie perdure.

L’association OLA

Il faut faire un peu d’histoire pour comprendre comment est née cette association qui rassemble une vingtaine d’adhérents actifs.

  • En 1998, la commune de Languidic décide d’ouvrir à l’année son Office de Tourisme. Jusqu’en 2006, l’Office de Tourisme participe donc à la valorisation du territoire, en organisant des visites à la ferme, un marché de Noël, des soirées estivales, la promotion des équipements touristiques, etc.
  • En 2006, Languidic, qui fait partie de la communauté d’agglomération du Pays de Lorient, confie sa compétence Tourisme à l’Office de Tourisme communautaire basé à Lorient. La commune garde un bureau dont les missions évoluent : il faut désormais assurer la promotion des 25 communes.
  • Pour pérenniser certains événements comme le marché de Noël et continuer à assurer la mise en valeur de la commune et de ses acteurs, des Languidiciens ont souhaité poursuivre le travail de l’Office de Tourisme local. C’est ainsi que l’Office Local d’Animation a vu le jour

Depuis, l’association poursuit son travail d’animation et de valorisation de la commune, soit en organisant directement des événements comme ces « mercredis du patrimoine » ou en soutenant humainement et/ou financièrement des projets locaux qui mettent Languidic sur le devant de la scène.

Pour avoir le programme détaillé des « Mercredis du Patrimoine » vous pouvez :

  • Vous adressez à l’Escale du Blavet qui participe activement à leur mise en place
  • Suivre notre Page Facebook  et celle de l’association OLA
  • Demander le programme en mairie 02 97 65 19 19

Vous cherchez une plage pour les petits, pour surfer, accessible ? Suivez le guide !

Le grand gîte l’Escale du Blavet, qui accueille toute l’année des groupes, des séminaires et des grandes familles, est plutôt bien situé. Les pieds dans l’eau douce de la rivière du Blavet, côté campagne, la mer n’est qu’à seulement 30 minutes en voiture. Le meilleur de deux mondes… Partons côté plage… vous êtes plutôt à la recherche d’une plage surveillée, d’une plage pour pêcher, d’une plage pour surfer, d’une plage accessible ? Nous vous donnons quelques tuyaux. Et si vous avez d’autres suggestions, nous vous invitons à les partager. Dans tous les cas, n’oubliez pas : les heures de horaires de marée, et la présence de courants qui peuvent être redoutables. Prudence donc.

Le Magouëro à Plouhinec : une plage de sable fin idéale pour les familles

La plage du Magouëro à Plouhinec est une de nos préférées. D’abord parce qu’elle est tellement vaste qu’il y a toujours moyen de trouver un espace un peu calme pour poser sa serviette. Mais aussi parce qu’à marée basse se forment une multitude de petits bassins entre les rochers qui font la joie des tout-petits. L’eau y est plus chaude et c’est plus sécurisant qu’un océan tout entier. Toujours à marée basse, les rochers offrent un joli terrain de jeu pour celles et ceux qui apprécient la chasse aux bigorneaux ou surprendre un étrille. La plage est surveillée en été.

Les Pâtis à Port-Louis : la plage derrière les remparts !

Le décor pourrait être celui d’un théâtre : il faut passer les remparts pour accéder à cette plage familiale qui offre une vue imprenable sur Larmor-Plage et la sortie de la rade de Lorient. Cabines de plage, marchand de glaces et restaurant les pieds dans l’eau, quelques rochers à gratouiller à marée basse… Nous la conseillons dans le cadre d’une visite de la Citadelle de Port-Louis ou si vous allez y faire un tour au marché du samedi. Sinon, méfiance : dès qu’il fait beau il y a du monde et la plage est petite. La plage est surveillée en été.

À Larmor-Plage, de l’autre côté de la rade de Lorient, face à la plage des Pâtis, vous pouvez aussi joindre l’utile à l’agréable et faire un tour au marché du dimanche matin et baignade à la plage de Toulhars. C’est une plage de « ville » avec une promenade piétonnière très agréable.

Plage accessible à Ploemeur

Sauf erreur de notre part, les plages accessibles aux poussettes et aux personnes à mobilité réduite ne sont pas très nombreuses au Pays de Lorient… La seule que nous connaissions qui a des aménagements adaptés est la plage de l’Anse du Stole à Ploemeur. Il ya une promenade en bois qui fait toute la longueur de la plage : fauteuils, poussettes : tout passe. Cette plage surveillée en été, est également équipée d’un hippocampe, de WC, douche et vestiaire accessibles à moins de 100 mètres. La commune de Ploemeur est plutôt bien lotie en matière d’accessibilité. Elle accueille en effet le centre de rééducation de Kerpape. Votre point de vue nous intéresse : si vous avez d’autres conseils à partager sur les plages accessibles, nous sommes preneurs !

Les plages des surfeurs et des sports de glisse

Nous sommes moins calés sur la question mais voilà ce que nous savons.

  • Les spots de surf les plus près sont à Guidel (Plage de la Falaise) et à Ploemeur (Fort-Bloqué)
  • La plage du Mané Gwen à Plouharnel  est aussi très prisée par les connaisseurs, comme celle de Port-Blanc à Saint Pierre Quiberon
  • Pour en savoir plus sur la question…

Et vous, quelle  plage du Morbihan préférez-vous ?

Ce blog n’a de sens que si nous enrichissons les articles de vos avis. Sinon, autant aller sur le site de l’Office de Tourisme ou se référer au dernier guide touristique en vogue… Nous comptons donc beaucoup sur vous. Envoyez-nous des avis un peu argumentés, quelques photos, vos coups de cœur, vos critiques…

Soyez les invités d’une noce bretonne traditionnelle

Que vous soyez breton, d’origine bretonne, d’ailleurs en France, les Noces bretonnes font partie des jolis rendez-vous de l’été à ne pas manquer. Le temps d’un dimanche, vous serez les invités d’une noce traditionnelle. Difficile de vous dire précisément où la machine à remonter le temps s’est arrêtée : XVIIIe s, XIXe siècle, début du XXe… mais dimanche 22 juillet 2018, vous serez plongé au cœur des traditions et de la culture bretonne.

Mais qu’a-t-il de si particulier ce mariage breton pour qu’on le célèbre encore aujourd’hui ?

Un mariage breton en musique

Il y a de la musique du matin jusqu’au soir et même les jours qui suivent ! Quand la future mariée part de chez elle, quand le cortège arrive à l’église, quand les mariés sortent de l’église …Souvent un couple de sonneurs (biniou, bombarde), ou un accordéon, un violon, une clarinette…

Un mariage breton en cortège

Il y a un cortège, comme celui que vous pourrez suivre le dimanche 22 juillet, avec en tête, les sonneurs, encore eux !  La mariée est conduite en tête de cortège par son père, suivent les filles el es garçons d’honneur, les témoins, la famille proche, les voisins, les amis… encore aujourd’hui, des Bretons qui se marient rassemblent facilement 150 personnes ! Les familles sont grandes et les liens restent forts.
Revenons à la fin du cortège où le père du marié donne le bras à la mère de la mariée. Le marié et sa mère font la clôture.

Un mariage qui dure deux jours…au moins

Un mariage breton traditionnel durait au moins deux jours. Le jour J et le lendemain, appelé « retour ». Une tradition qui ne se perd pas beaucoup… Les bretons ont le sens de la fête. On chante, on danse et on ripaille, hommes et femmes, jeunes et vieux, tous ensemble.

Un, deux, trois mariés ?

Ce n’est peut-être pas spécifique à la Bretagne, mais certains se souviennent avoir assisté à de tels mariages, où l’on pouvait marier plusieurs enfants de la même fratrie.
Des invités en nombre, des tables en enfilades, des marmites sur le feu…
N’en disons pas plus. De toutes les manières, dimanche 22 juillet à Languidis, c’est vous les invités !

Noce bretonne : le programme du dimanche 22 juillet 2018…

  • une messe (facultative),
  • un grand défilé de l’église du bourg jusqu’au terrain de Lanveur où se tient la fête. S’il y a une chose que vous ne devez pas manquer, c’est bien le défilé : vous pourrez admirer les costumes peints ou brodés, les coiffes amidonnées, les joueurs de biniou et de bombarde… et les mariés, bien entendu !
  • À déjeuner, repas avec le traditionnel Rost er Forn (rôti de cochon cuit au four à pain).
  • L’après-midi, danses, chants, jeux jusqu’au diner du soir (jarretons grillés / frites).
  • Une journée qui intéressera toute la famille.
  • Chapiteaux sur le terrain
  • Repas avec entrée, plat, fromage, dessert, café = 12 €
  • Entrée gratuite
  • + d’info sur la page facebook des organisateurs : @Rahed Koëd Er Blanoeh (les écureuils du Blavet)

Vendredi, marché à Languidic, samedi à Port-Louis…

Quel plaisir en vacances d’aller au marché ! Prendre le temps de flâner, de respirer les odeurs des herbes aromatiques fraîchement coupées, de découvrir les spécialités d’une région, et de glaner quelques idées de plats à mijoter. Poissons, fruits de mer, lard grillé, andouille, fromages fermiers, cidre, légumes bio… le choix est vaste ! Nous partageons ici la liste de nos marchés préférés, et surtout ceux qui sont à proximité. Mais il y en a beaucoup d’autres.  

 

Le marché de Languidic le vendredi matin

Commençons par le marché de Languidic, minuscule mais pas ridicule ! Il a lieu tous les vendredis matins place Guillerme (rue de la mairie) et rassemble principalement des producteurs locaux. Parmi eux, citons :

> Fromages de chèvre de l’Arche de Noé de Languidic : propose une belle gamme de fromages frais et affinés, natures ou aux herbes, aux algues et aux épices, du yaourt et du fromage blanc de chèvre, de la tomme… Si vous voulez réserver un plateau : 02 97 65 23 48
 > Les crêpes de Nanou : elle arrive de très bonne le vendredi matin pour commencer à tourner ses crêpes. Froment ou blé noir, si vous n’avez pas réservé, commencez par son stand. Elle fera vos crêpes pendant que vous ferez vos courses. Si vous pouvez, envoyez-lui un sms la veille où passez-lui un coup de téléphone pour passer votre commande : 06 86 20 32 33
> Ty producteurs : dans ce camion, vous ne trouverez que du cochon fermier et quelques spécialités comme la Langouille, le filet mignon fumé, de l’andouille, un beau choix de grillades…
> Le poissonnier qui propose du poisson frais et des fruits de mer
> Une productrice de légumes bio
> Un marchand de beaux fruits
> Un traiteur asiatique
> Seb et ses batbouts : des pains cuits à la poêle et garnis de légumes cuits ou crus.
> Un producteur de poulets et de lapins fermiers qui propose aussi des terrines et des rillettes de poulet !

Selon les saisons et les opportunités, le marché peut s’enrichir d’un déballeur ou deux.

Nos marchés « coup de cœur »…

Port-Louis le samedi matin

Le marché de Port-Louis a lieu le samedi matin. La proximité de la mer, la beauté du centre-ville en font un de nos marchés préférés. Profitez de cette échappée pour faire un tour dans la ville, jusqu’à la citadelle qui offre un joli point de vue sur Lorient et sa rade.

Larmor-Plage le dimanche

Le marché installé sur la place de l’église est très sympa aussi. Notre conseil : faites vos courses, conservez-les dans une glacière dans votre voiture et achetez sur place de quoi pique-niquer plus loin, sur une des plages. Quittez le centre-ville en direction de Kerpape, vous serez plus tranquilles…

Hennebont le jeudi

C’est un des plus gros marché de la région dit-on. Il s’étend de la basilique jusqu’aux rives du Blavet et c’est vrai qu’il est typique. Vous pourrez même y acheter des poules ! Il a l’avantage de se dérouler en milieu de semaine.

Les marchés nocturnes de l’été

Les jeudis de Ploemeur à partir de 19h : il y a toujours un spectacle, souvent de très bonne qualité, des artisans, et des stands pour vous restaurer : crêpes, saucisses grillées, galettes saucisse, etc. Vous pouvez ne venir que pour le concert, c’est gratuit. Attention, le marché n’est pas toujours au même endroit d’un jeudi à l’autre ! Les dates : 19/07 à Kerroch, 26/07 à Lomener, 2/08 à Lomener, le 9/08 Place de Bretagne, le 16/08 à Lomener, 22/08 à Place Falquero.

Le marché nocturne de Port-Louis à partir de 18h

Voilà qui peut clôturer très agréablement une journée passée à Port-Louis, Gâvres ou Locmiquélic. Le marché nocturne de Port-Louis a lieu en centre ville tous les mardis soir en juillet et en août.

Partagez avec nous vos coups de cœur

D’autres marchés valent le détour, des petits marchés qui ont lieu dans l’arrière pays (Merland, Pluméliau…) à celui d’Auray. N’hésitez pas à partager avec nous vos coups de cœur (et vos photos) : cette liste n’est pas exhaustive et ne demande qu’à s’enrichir !

L’Escale du Blavet vous souhaite un été… gourmand et festif !

West Wake Park à 6 km de l’Escale du Blavet !

Google map est formel : il faut seulement 9 minutes en voiture pour vous rendre du gîte l’Escale du Blavet à West Wake Park. Six kilomètres à parcourir pour profiter d’une plage en eau douce, d’un téléski nautique et d’une terrasse plein soleil… Nous n’avons pas osé le wakeboard, mais nous sommes allés voir si l’endroit valait le détour. Assurément !

Petit retour en arrière… à l’époque de la « Carrière du Calzat »

Les gens du Pays connaissent bien ce site magnifique qui surplombe la vallée du Blavet sur 30 hectares. C’est une ancienne carrière de gneiss avec son filon de quartz, exploitée jusqu’en 1996. En 1997, la carrière est réhabilitée, transformée en plan d’eau, mais le site reste privé et fermé au public. Les gens d’ici l’ont souvent traversé, à pied, à cheval et à vélo. Mais, au fil des années, la nature a repris ses droits et la lande est devenue plus dense. Il était temps que quelque chose se passe…

En 2017, West Wake Park propose wakeboard, plage, jeux d’eau et terrasse…

West Wake Park est un espace nautique pour les adeptes des sports de glisse. Sur ce magnifique plan d’eau aux reflets parfois turquoises, on pratique donc le wakeboard, le ski et le kneebord grâce à un téléski nautique, conçu sur le principe des remontées mécaniques en montagne.

Tout simplement incroyable ! Le téléski fait quasiment le tour du plan d’eau et offre plusieurs tremplins sur le parcours. Mais ça, c’est pour ceux qui savent faire…  En attendant d’y arriver, les débutants sont pris en main, les jeunes à partir de 8 ans… Ouf !

De l’autre côté du plan d’eau, il y a le West beach club qui est une plage hyper améliorée qui accueille les enfants à partir de 6 ans dans un dédale de jeux flottants et gonflables : mur d’escalade, toboggan, trampolines aquatiques et catapulte. Les gilets de sauvetage sont fournis, et la plage est surveillée par un moniteur. Si vous trouvez qu’il fait un peu frais, vous pouvez louer une combinaison sur place.

Si vous n’êtes ni ski board, ni plage, la terrasse fera votre bonheur. Abritée ou bien exposée, vous pourrez y siroter une grenadine face à un paysage étonnant. Pour sa deuxième saison, West Wake Park a même ouvert une petite aire de jeux pour les tous petits. Bonheur.

West Wake park : notre avis…

Le public est plutôt jeune, voire branché. C’est vrai que parmi les gens qui attendent leur tour au téléski nautique, il y a les experts de la glisse. Ceux-là sont plutôt bronzés et taillés en V, ils sortent de l’eau sans effort, virevoltent, empruntent tous les tremplins multipliant les figures aériennes. Un vrai spectacle.  Mais il n’y a pas d’arrogance, pas de « m’as-tu vu ». L’ambiance reste très familiale, simple et sympa. Vous croiserez d’ailleurs des poussettes, des grands-parents, des jeunes de tous les âges.

Plage d’eau douce à 9 mn de l’Escale du Blavet

West Wake park, c’est l’alternative à la journée plage, si vous ne voulez pas rouler 30 minutes pour y arriver et rentrer les pieds pleins de sable. Vous n’entendrez pas non plus les plus jeunes vous dire « je ne sais pas quoi faire… ». Ici, difficile de s’ennuyer et les enfants se font des copains en un clin d’œil.
Le bar, une restauration rapide, la terrasse vous permettront de passer un moment à la fois relax, sportif et très convivial.

Moins cher que les sports d’hiver

Faut-il parler d’argent ? Certains diront que c’est le bémol. Il faut en effet payer pour profiter des structures gonflables à la ½ heure ou à l’heure. Idem pour accéder au téléski. Mais l’offre est réelle et justifie à notre avis cet investissement qui coûtera quand même bien moins cher qu’une journée en montagne… Nous, on a aimé, alors on partage !

Les infos pratiques

Carrière de Bonne Nouvelle au lieu-dut le Rudet
56650 Inzinzac-Lochrist

Tél : 02 97 76 11 76
contact@westwakepark.fr
www.westwakepark.fr

Attention Groupes : réservez votre créneau à partir de 6 personnes

  • téléski : en semaine toute la journée & le week-end uniquement le matin.
  • Aquapark : sur tous les horaires d’ouverture.

Aquapark ouvert de mai à août
Tous les WE à partir de mai de 14h à 18h
Juillet et août, tous les jours de 14h à 19h
Tarifs visibles sur leur site internet http://www.westwakepark.fr/aquapark.html

Restauration sur-mesure avec « Les P’tits Plats dans les grands »…

L’Escale du Blavet accueille toute l’année des groupes, du séminaire au banquet de mariage, de l’anniversaire au rassemblement familial, des groupes de sportifs, des stages, des personnes en situation de handicap, des familles en vacances… un point commun à tous, quelle que soit la formule : les journées sont rythmées par les repas !

Les P’tits plats dans les grands : présentation

L’Escale du Blavet est parfois derrière les fourneaux. Mais nous travaillons souvent (et avec plaisir) avec Isabelle et Sabine de l’entreprise « Les P’tis plats dans les grands ». Restauratrices « itinérantes», elles sont capables d’assurer un repas pour 150 personnes comme de préparer des paniers pique-nique pour un petit groupe d’amis. Elles sont de Lanvaudan, à 15 minutes de l’Escale du Blavet, elles sont « pros », réactives, fiables et travaillent dans un esprit qui convient bien au lieu. On vous raconte…

Du banquet au panier pique-nique

Isabelle est chef cuistot depuis plus de 25 ans.  C’est elle qui mitonne, mijote, invente, pour que dans votre assiette, ce soit un festival. Et peu importe la commande : elle met son cœur et son talent dans tous les plats, y compris les plus simples. Pour cinq, dix, ou 150 personnes : Isabelle a fait ses classes chez un restaurateur connu de la région qui organise des repas pour des mariages XXL. Le nombre ne lui fait pas peur.

Côté menu, il n’y a pas de limite, à condition que les produits soient frais et plutôt locaux si possible. Nage de pétoncles et crevettes, aumônière de gésiers pomme foie gras, dos de cabillaud beurre nantais… à moins que vous ne préfériez un plateau de fruits de mer ? Une ribambelle de charcuterie made in Bretagne ? Un sandwich ? …

Et même un food truck !

Sabine s’occupe de la relation client, c’est elle la chef d’orchestre. Si vous avez besoin d’un devis, de vaisselle, de déco, de personnel pour assurer un service : c’est elle. Ensemble elles s’adaptent à la taille du groupe, à ses exigences et à son budget. Elles ont même un food truck qu’elles installent parfois sur la pelouse pour assurer les lendemains de fête ou une soirée informelle. Ça donne un petit air de village à l’Escale et nous, on adore !

Une prestation et une rencontre

Cette petite entreprise de restauration itinérante a, comme l’Escale du Blavet, le goût des autres et le souci du client. Cet été, elles assurent à l’Escale, la demi-pension d’un groupe de jeunes en situation de handicap. Et, pour donner une autre dimension à cette prestation, elles leur ont proposé un atelier de cuisine… Vous l’aurez compris, le partenariat avec les Ptits plats dans les grands fonctionne bien. On aime, on partage !

Où les trouver ?

Le mieux, si vous réservez un séjour à l’Escale du Blavet, c’est de nous appeler au 02 97 65 28 74. Nous étudierons ensemble les formules possibles : gestion libre, soirée crêpes-maison, demi-pension, repas de travail, repas de fête…  Nous ferons le lien si besoin avec « Les P’tits plats dans les grands ».

En attendant de vous accueillir, allez faire un tour sur leur Page Facebook 

#bienmangertouslesjours #foodtruckbretagne #restaurationadomicile #lesptitsplatsdansles grands